Le son de la semaine #10 : Julien Doré & Micky Green – Chou Wasabi

Julien Doré Chou WasabiCe n’est pas tant que je fasse une fixation sur l’animal, mais Julien Doré est très actif cet été. Il faisait monter le suspense depuis quelques semaines sur les réseaux sociaux, et jeudi dernier il est arrivé : le clip de Chou Wasabi est en ligne et c’est une réussite.

Une fois de plus, c’est lui qui a réalisé son clip, avec Fabrice Laffont. Il a fait de nouveau appel au jeune Axel, son alter ego déjà présent dans le clip de Paris-Seychelles. Micky Green a également créé son alter ego, et une jolie blondinette fait son apparition aux cotés d’Axel.

Nous nous retrouvons dans un verger en fin d’après-midi, le soleil commence à décliner. Les deux enfants autour d’un piano blanc, chantent en compagnie d’oiseaux (l’omniprésence animale chez Doré…)… et deux deux espèces de Cousins Machin tout en paille !

Il en résulte un clip tendre, plein d’humour et de mélancolie, comme cette journée d’été dont on savoure et redoute la fin.

Le site de Julien Doré

Le site de Micky Green

Le son de la semaine #4 : Julien Doré – DAHØ – La Notte La Notte

julien doré - DAHØ - la notte la notte

L’événement du weekend qui vient de s’écouler est sans conteste le concert que Julien Doré a donné aux Francofolies de la Rochelle, reprenant l’intégralité de l’album d’Etienne DahoLa Notte La Notte.

Il s’est totalement approprié les titres de Daho, allant jusqu’à se permettre de barrer le O de son nom…
Le fait est que l’appropriation n’est pas que cosmétique. Les titres de La Notte La Notte pourraient totalement avoir été composés en 2014, par Julien Doré.

Débarrassés de leurs sonorités très marquées 80′s, ils livrent alors toute leur gravité et leur mélancolie.

Ce matin, France Inter (toujours sur les bons coups) nous offre l’écoute intégrale du concert.

Le site de Julien Doré

Le site d’Étienne Daho

La main gauche de David Scrima

Je suis abonné aux Inrocks. Personne n’est parfait. Je viens donc de recevoir le petit bonus qui va avec l’abonnement, en l’occurrence une double compilation de reprises. Cet objet n’est pas un énième sampler qui pourrait passer inaperçu dans la myriade de samplers qu’offrent tous les bons magazines consacrés à la musique (faut que j’apprenne à faire des phrases plus courtes). Non, le disque est numéroté, mais surtout il est entièrement illustré par David Scrima.

david scrima compilation inrocks

Dois-je faire le panégyrique du garçon ? Bon, d’accord. David Scrima est une sorte d’artiste protéiforme. Quand il ne se trouve pas une bonne mine, l’homme fait alors dans la chanson rustique et domestique. Il écrit évidemment pour lui, mais il lui arrive parfois de céder son talent à quelques vedettes. Il s’est récemment entiché de Julien Doré (j’en connais une qui s’enticherait bien aussi, si qu’on la laisserait faire). Il a commis notamment le fringant premier single (Les Limites) du néanmoins tout aussi fringant premier album de l’Adoré tatoué au yukulélé évadé de la Nouvelle Star (Figures Imposées chez Jive Epic).
Sa musique à lui, David la défend via Les Disques Bien. Et quand il en marre d’être seul, David file en Douce et sans se faire trop prier pour retrouver Marie-Hélène Cadoux. C’est un homme plein de ressources.

Sur la compile, il y a cette chouette reprise du Crazy de Gnarls Barkley par Ray Lamontagne