Tous Les Mêmes Stromae

Sans conteste l’année qui s’en va fut celle de Stromae. Paul Van Haver, le maestro belge de la musique électro pop, s’était mis au vert trois années avant de ressurgir, titubant pour la blague, au cœur d’un printemps maussade. Alors que beaucoup l’ont vu et cru fort minable (aux abords d’une station de tramway, avenue Louise à Bruxelles), l’homme – malin et aussi fin que son physique – réussissait un retour formidable sur la scène musicale francophone.

Formidable est pour moi l’une des meilleures chansons populaires de l’année. Aussi fracassante que la boule de démolition de Miley Cyrus (ne faîtes pas la grimace, j’adore Wrecking Ball, c’est comme ça, on ne va pas en faire toute une histoire). J’ai écouté Formidable autant que Say Demesne de Johnny Marr (qui s’est démené à fabriquer son album le plus réussi depuis la démission des Smiths), autant que Vibord de Julien Doré (vous reprendrez bien un peu de soupe à la grimace ?), autant que California de Mazzy Star, autant que We Are The Linving et Misses de Girls in Hawaii, autant que Sing To Me de Anna Calvi, autant que We Are The Dreamers de The Stargazer Lilies… j’arrête là sinon vous allez avoir l’impression que je vous liste toutes les chansons que mon cerveau a retenues cette année.

Le titre ne figurait pas parmi les leçons du Maestro que je m’étais envoyé quelques semaines avant son ramdam sur les réseaux sociaux. J’avais été saisi par ces séquences au cours desquelles le musicien livrait quelques recettes de son savoir-faire. Je le découvrais vraiment à ce moment-là, en me rendant compte qu’il était bien plus que le fabriquant d’un seul et redoutable tube (Alors on danse).

Tous les mêmes, autre chanson impeccable d’un album qui l’est tout autant (Racine carrée), était le sujet de sa leçon numéro 24. C’est à ce moment-là qu’Andréa, moitié queer de Stromae, fut présenté au monde entier (et non pas en novembre sur le plateau du Grand Journal).

Andréa n’a rien à envier à Anna Calvi en matière de chignon chiadé…

Le clip officiel du même titre…

Depuis, c’est le succès total, critique et public. Stromae fait salles combles. Les petites, comme les grandes. Je l’ai manqué à l’Astrolabe il y a quelques semaine. Et je ne fréquente plus les Zéniths depuis belle lurette, or, celui d’Orléans l’accueillera en mars 2014.