Orléans, dis-nous ce qu’il te faut pour que tu te bouges les miches ? Orléans pourquoi dis-tu que tu vas venir, alors que tu ne viens pas ? Orléans, tu étais pourtant dans la rue, les terrasses de cette rue de Bourgogne étaient pleines de toi. Tu profitais vraiment – et tu avais raison – de l’une de ces premières soirées d’automne aux allures d’été. Tes débits de boisson ne désemplissaient pas alors que c’était la finale de Secret Story, c’est dire si tu sais ne plus te laisser avaler par Télébéton, si tu parviens à délaisser le coucounage. Pourquoi, Orléans, ne t’es-tu pas présenté au seuil de cette Scène Bourgogne à vingt heures alors que La Féline, Summer et Matthieu Malon t’espéraient tant ? C’était pourtant un beau plateau, non ? Une de ces affiches que l’on aurait pu découvrir au club de l’Astrolabe. Une affiche constituée avec passion, au plus près de toi, en ton cœur même, dans ta rue la plus festive, l’une des plus propices aux rencontres humaines et artistiques, et pourtant tu n’as pas jugé bon d’en être et de fêter ces artistes. Une affiche quasi gratuite en plus. Un droit d’entrée à six euros, soit deux euros par groupe. Imagine le prix de ce même plateau dans une salle de ta voisine parisienne…

Orléans, où étais-tu vendredi soir ? Ne me dis pas que tu as enregistré la bourde de la République du Centre qui annonça dans sa version papier le concert pour la veille ?!

La Féline Scéne Bourgogne septembre 2014La Féline par Jack Torrance (Scène Bourgogne, Orléans, 26 septembre 2014)

Matthieu Malon avait organisé cette soirée. Il l’avait constituée avec goût. La Féline et Summer sont deux projets qu’il ne peine pas à défendre. Bien au contraire. L’homme ne fabrique pas sa propre musique sans porter une oreille très attentive à celle des autres. C’est en sa compagnie que j’ai pu entendre pour la première fois les chansons d’Adieu l’enfance, le bel album de La Féline qui sort dans quelques semaines. C’est toujours à ses côtés que Summer me fut présenté pour la première fois. Pourtant, vendredi, Jean Thooris et ses deux amis débutèrent leur set devant neuf spectateurs !

Les meilleurs d’Orléans dira La Féline, deux heures plus tard devant… Il faut dire que l’audience comptait quelques mélomanes avertis venus de plus loin : Rouen, Paris, etc. On épiloguera, pour se consoler, avec le sempiternel les absents ont toujours tort. En ajoutant que nous fûmes les privilégiés d’une soirée très singulière.

N’empêche, Orléans, tu avais promis de remplir ce sous-sol intimiste. L’événement FaceBook toujours en ligne en est la preuve. Bien sûr que les réseaux sociaux sont pleins de promesses non tenues, mais c’est con à dire, j’y croyais à l’affluence, à ton envie de partager ces belles pièces de musique pas comme les autres.

Sais-tu, Orléans, que tu peux encore te rattraper en te rendant massivement au Bouillon le 20 novembre prochain. Matthieu y jouera dans le cadre de la dixième édition du Festival De Travers.

Summer La Féline Scéne Bourgogne septembre 2014Summer par Jack Torrance (Scène Bourgogne, Orléans, 26 septembre 2014)


Crédit photos : Jack Torrance.